Sol de l’Amazonie et le BIOCHAR

Est-ce que nous savons tout sur le sol de l’Amazonie ?

Chacun dira que c’est une forêt dense…oui
que c’est humide…oui
que c’est une forêt VIERGE…et bien NON !
Depuis la fin du XXème siècle, les archéologues, pédologues, écologues et autres trucologues ont découvert que le sol de la forêt amazonienne avait été TRAVAILLE par l’HOMME (entre – 800 et – 500 ans avt JC).

En effet, en étudiant le sol noir et riche de cette forêt, appelé terra preta ils ont découvert des tessons de poterie, ce qui les a conduits à de plus amples explorations.

Selon les analyses moléculaires du sol et des restes de charbon réalisées à cet endroit, les amérindiens de l’époque précolombienne qui vivaient dans cette forêt y cultivaient et avaient vraisemblablement utilisé du charbon de bois sur leur sol, sciemment ou non, la question reste en suspend.
Leur observation les a convaincus et ils ont procédé de la sorte.

Toujours est-il que les amérindiens utilisaient le charbon issus de la combustion soit d’arbres lors de défrichements, ou de déchets agricoles ou dans les foyers domestiques.

Plus étonnant encore, non contents de se servir de ce carbone apporté par le charbon, ils y ajoutaient
du PETROLE

Dans ce sol il y avait par couches et jusqu’en bas , sur plusieurs mètres, des tessons de poterie, ce qui intrigué les chercheurs. En fait, une des explication avancée est que les amérindiens auraient cultivé la forêt, de génération en génération. Ils auraient utilisé le carbone pour fertiliser leurs cultures, et, chose particulièrement étonnante, on avance l’hypothèse qu’ils auraient imbibé leur charbon de bois de…PETROLE ! Ils allaient chercher le pétrole en barque, dans des contenants en poterie. Arrivés sur le lieu de culture, ils cassaient les contenants sur place à coups de bâton et cultivaient. Cela semble impossible, mais quand on prend en compte les dernières avancées en matière de culture et de fertilisation des sols, c’est bien le CARBONE qui est la clé de la fertilité. or le pétrole, c’est de la plante liquide (Konrad Schreiber), du carbone ! Ensuite ce sont les bactéries et tout le cortège des organismes du sol qui travaillent et apportent la fertilité. Etonnant n’est-ce pas ? On n’a pas fini d’apprendre (ou de réapprendre).

Cela s’explique:

On utilise le  biochar pour restaurer les sols car ce produit est poreux et qu’il retient le carbone du gaz carbonique qu’il séquestre, constituant un puis de carbone.
Voir l’article de Wikipedia bien complet qu’il est inutile de recopier ici.

Comment faire chez soi ?

En combustion lente de bois en meule recouverte de terre.

 Il faut choisir des essences de bois durs, en général du charme.
On dispose ensuite des bûches, une à une, afin de constituer une meule qui est recouverte de terre. Suivant le volume de bois, la carbonisation peut durer de deux à quinze jours. Période pendant laquelle, le charbonnier doit rester à côté de sa meule pour maitriser la combustion, qui doit être lente et progressive.
Il est préférable d’utiliser toujours la même place pour le tas.
Il faut faire une cheminée centrale en répartissant des buches en carré, monté en quinconce: une bûche de part et d’autre de la cheminé, puis perpendiculairement deux autres bûches. Ainsi l’air pourra circuler.
on monte ensuite le tas autour de cette cheminée: on ménage d’abord un tapis avec des bûches à plat en rayons autour de la cheminée. Sur ce tapis on peut maintenant disposer les bûches verticalement autour de la cheminée jusqu’autour.
Au centre on place de la paille ou de la sciure pour allumer plus facilement.
De la feuille de fougère autour du tout, recouverte de terre pour faire un manteau.
L’heure de l’allumage est arrivée.
On fait de la braise à côté, traditionnellement, puis on jette cette braise dans la cheminée.

La carbonisation sera lente et progressive. Elle durera 1 jour et demi environ.

Bien sur, au prix horaire, le travail n’est pas rentable….mais…quel plaisir ce feu, ces odeurs…et par la suite son utilisation au potager fera la satisfaction finale.

Note: La poussière de bois brûlé peut être mélangée à de l’argile pour faire des boulets, toujours pour le potager.


On peut plus facilement le faire dans un fut

Plantez des arbres
plantez du charme

Les commentaires sont fermés.