Greenpeace chez Leclercq

en juillet 2019:

source: ouest-france.fr

« Une enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a en effet mis en évidence que le mouvement E. Leclerc aurait utilisé sa centrale Eurelec Trading pour contourner la loi française et imposer des baisses de tarifs très importantes, sans aucune contrepartie, à certains de ses fournisseurs », indique-t-il en faisant état en outre de « mesures de rétorsion » à l’égard de certains d’entre eux.

 Alors que Greenpeace œuvre depuis des années contre l’enseigne Leclerc pour ses pratiques douteuses

source: Lettre aux adhérents Greenpeace

logo-greenpeace

Vous suivez notre travail visant à réduire l’utilisation de pesticides dans la production des fruits et légumes vendus en supermarchés. Nous vous remercions infiniment pour votre mobilisation contre les pratiques de l’enseigne E.Leclerc car cela n’aura pas été vain !

Blocage de la centrale d’achats Socamil, intervention sur le plus gros E.Leclerc de France à Bois d’Arcy, sensibilisation à travers la France, interpellation directe de Michel-Edouard Leclerc à Landerneau… Nos militants n’ont pas chômé ! Ce travail de longue haleine aura finalement poussé le PDG de l’enseigne à nous rencontrer. Lors d’un premier rendez-vous, nous avons pu entamer un dialogue constructif sur les pesticides, exposer clairement nos demandes et mettre les dirigeants de E.Leclerc face à leurs responsabilités.

Les mois ont passé et nous avons continué à faire pression pour que l’enseigne s’engage publiquement et concrètement. C’est lors d’un deuxième rendez-vous courant novembre que Michel-Edouard Leclerc nous a affirmé vouloir mettre sur pied un plan d’action afin de réduire l’usage des pesticides dans la production des fruits et légumes.

L’objectif de ce plan d’action est d’atteindre d’ici à 2020 une réduction de 50% des pesticides utilisés dans la production des fruits et légumes vendus par Leclerc. Ceci passera par un soutien aux agriculteurs dans l’amélioration et la valorisation de leurs pratiques, une évolution du cahier des charges de l’enseigne ainsi que la mise en place d’un comité scientifique et de suivi.

Ce plan d’action n’est pas encore finalisé. Greenpeace demande notamment qu’il comporte des mesures concernant l’élimination progressive des molécules les plus dangereuses pour la santé et pour l’environnement. Cet engagement de l’enseigne est néanmoins un premier signe de bonne volonté et un signal fort envoyé à l’ensemble du secteur de la grande distribution.

Vous êtes plus de 125 000 à avoir interpellé Michel-Edouard Leclerc au travers des pétition que nous vous avons soumises. Cette campagne est aussi la vôtre et nous ne serions pas arrivés là sans vous. Nous devons rester mobilisé-e-s afin de nous assurer que des actions concrètes sont mises en place et que cet engagement constitue ainsi une réelle avancée.

C’est ensemble que nous gagnerons nos plus belles victoires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *