La révolution d’un seul brin de paille

Masanobu Fukuoka, agriculteur japonais, inspirateur de la permaculture en est le porte parole au Japon.
Son livre: La révolution d’un seul brin de paille.
Il fut aussi microbiologiste étant jeune.

Film traduit et sous titré en français (grand merci à media solution qui a fait ce remarquable travail qui nous permet de découvrir ce documentaire impressionnant sur la permaculture.

« Regardez cette récolte de blé sain…
on cultive sans engrais chimique, pesticide ou machine agricole. je n’en ai pas utilisé depuis près de 30 ans. Je ne fais qu’ensemencer et répandre de la paille. la nature fait le reste. » Mr Fukuoka ne laboure pas et n’utilise pas de compost. Sa méthode ne pollue pas et nécessite que très peu d’énergie fossile.
Il cultive un couvert végétal (dans son cas, du trèfle blanc). Ses récoltes germent parmi ce trèfle blanc et percent le couvert (il cultive du riz sans inonder). Mr Fukuoka cultive son potager entre les arbres du verger. Il coupe le trèfle pour en faire du paillis.
Il coopère avec la nature plutôt que la détruire.

Afin que  oiseaux, souris, limaces, ne mangent ses graines lorsqu’il les sème, il les enduit d’argile et en forme des boulettes.
les pailles des récoltes restent sur le sol et l’enrichissent. le sol s’ameublit et il devient inutile de labourer. Et la paille broyée épandue après la récolte empêche les « mauvaises herbes  » de germer, le sol de sécher, le vent de l’emporter. En revanche, la paille en décomposition aide la germination du riz. L’inondation du champ est de ce fait de courte durée contrairement aux pratiques de ses voisins.
L’inondation du terrain a pour but d’affaiblir les « mauvaises herbes » et non de les tuer comme le font ses voisins. C’est suffisant pour que le riz puisse germer. mais elles abritent des insectes bénéfiques.
Mr Fukuoka épand aussi du fumier de volaille sur ses champs.
Sans inondation des rizières, les racines du riz ne pourrissent pas et plongent profondément dans le sol, rapportant de précieux minéraux. En pourrissant finalement (après la culture) elles nourrissent le sol de matière organique.
Plantes et insectes vivent en harmonie.

En permaculture, il est nécessaire de travailler, mais l’objectif est d’en faire le stricte minimum.

Pour bien vivre, rien ne vaut la sagesse de la simplicité.

Conclusion de Mr Fukuoka:
Peu importe comment se déroule la récolte, il suffit de s’occuper du sol et des plantes avec tendresse et vous serez heureux.
L’agriculture n’a pas pour seul but de faire des récoltes, elle sert aussi à éduquer et perfectionner les êtres humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *