acides gras polyinsaturés

Nous avons vu précédemment que les acides gras sont divisés en
acides gras saturés
acides gras monoinsaturé
acides gras polyinsaturés

Qu’en est-il des acides gras polyinsaturés ?
ou acides gras essentiels

Nous voyons sur cette image que l’acide gras polyinsaturé, comme son nom l’indique, possède plusieurs « bras » libres (au moins deux, sinon, ce serait un mono-insaturé). Grâce à cela, les polyinsaturés, ou acides gras essentiels, vont pouvoir capturer diverses substances.
C’est une propriété très importante.

Les acides gras polyinsaturés ne peuvent pas être produits directement par l’organisme.
C’est pourquoi il est essentiel que l’alimentation en apporte.

Ces acides gras polyinsaturés sont les précurseurs des fameux oméga 3 et oméga 6 (mais ces acides gras oméga3 et 6 ne sont pas pour autant tous des acides gras « essentiels », car ils peuvent être synthétisés par le corps. L’acide Alpha linoléique, lui, est dit « essentiel » et c’est un oméga 6. D’autres acides gras oméga6 peuvent eux être fabriqués par le corps à partir de cet acide linoléique.
L’acide gamma-linoléique (AGL) n »est pas non plus un acide gras « essentiel », il est prduit à partir de l’acide gras linoléique (AL)
)

Oméga 6 -> Acide linoléique (AL) acide gras « essentiel » -> acide Gamma linoléique (AGL) -> acide dihomo-gamma-linoléique (ADGL)

Rôle des acides gras essentiels

Ils participent à l’élaboration des membranes des cellules, tant celles des muscles, que celles de la peau et du système nerveux.
Ils participent notamment à leur souplesse, ce qui est obligatoire dans nombre de cas (exemple: les globules blancs et rouges ont besoin de cette souplesse pour se déplacer avec fluidité dans les vaisseaux sanguins.)

Ils permettent la fabrication d’autres acides gras nécessaire au bon fonctionnement de notre corps.
L’acide linoléique permet la fabrication de l’acide gamma linoléique.
Or cet acide gras (AGL) n’est pas toujours produit en quantité suffisante dans l’organisme, à cause de l’excès de cholestérol, l’âge, l’excès de graisses saturées…

pour reprendre la transformation métabolique du paragraphe précedent:
Oméga6 ->AGL -> ADGL qui donne à la fois prostaglandine 1 (PG1) et PG2 (depuis (AA) acide arachidonique)

  • L’action de la PG1 étant:
    protection des artères et du coeur (oui oui! à partir d’oméga6)
    Anti-inflammatoire
    stimulation du système immunitaire
  • l’action de la PG2 étant:
    guérison des blessures
    médiateur des réactions allergiques
    effets pro-inflammatoires,
    coagulants, vasoconstricteurs
    (ces deux dernières actions qui seraient plutôt problématiques, sont contrecarrées par lEPA qui prévient la conversion d’AA en PG2)

Omega 3 -> Acide stéaridonique ->acide eicosapentaenoïque (EPA) qui donne à son tour à la fois ->PG3 et Acide docosahexaenoïque (DHA)

  • L’action de la PG3 étant:
    protection des artères et du coeur
    régulation de la TA (tension artérielle)
    favorise l’élasticité des vaisseaux
    anti inflammatoire
    et anti-allergique
  • l’action de la DHA étant:
    développement du cerveau et de la rétine
    formation et mobilité des spermatozoïdes

Et oui, ces mécanismes complexes prouvent que notre corps a besoin de diversité alimentaire. et de graisses multiples, qu’on ne peut se contenter de prendre des compléments alimentaires sans une bonne alimentation.

Les acides gras polyinsaturés participent au métabolisme du cholestérol

Du fait de la disponibilité de leurs « bras » libres, ils vont pouvoir s’associer au cholestérol et le transformer en un composé assimilable.
Et ça, c’est très intéressant, car non seulement ces substances sont favorables à la santé, mais cela va éviter que le cholestérol ne se fixe aux parois des artères, cause d’athérosclérose et de certaines maladies cardio-vasculaires.

(source: « Bien manger peut vous sauver la vie » de Philippe Sionneau)

Conclusion:

Notre alimentation doit apporter les précieux acides gras essentiels que le métabolisme pourra alors transformer en acides gras utiles à l’organisme.
Nous devrions prendre soin de les apporter quotidiennement par notre nourriture. Ce qui signifie que nous devrions revoir la qualité de notre alimentation, car l’industrialisation de l’agriculture a profondément modifié la valeur de notre nourriture (et de celle des animaux d’élevage avant la nôtre).

Où trouver les oméga 3 et les oméga 6 ?

Pour recréer un équilibre entre oméga 3 et oméga 6

qui devrait être de 5 part d’ oméga-6 pour 1 part d’oméga-3
il faudrait ajouter à l’alimentation

  • des végétaux comme
    le pourpier
    la mâche
    les épinards
    la roquette
    la laitue romaine
    le poivron
    le navet
    la courgette
    le chou de Bruxelles
    le brocoli
    le choux Kale
    l’algue wakamé
    le choux chinois
    le cresson
    la graine de lin
    la graine de chia

    les noix
    etc…
  • manger du poisson gras
    (au moins deux fois par semaine)
  • remplacer les huiles
    de carthame, tournesol, sésame, arachide, pépin de raisin et maïs
    par
    huile de perilla, de cameline, de lin, de chanvre,de colza et de noix
  • proscrire les fritures et les cuissons violentes
    ne pas faire cuire les huiles végétales (huile d’olive ou de colza pour cuissons douces)

Note: On trouve des omégas 3 dans les poissons d’eau froide, entre autre.
On pourrait  donc soit manger beaucoup de poisson des mers froides ou prendre de l’huile de poisson en gélule par exemple.

Mais au fait, pourquoi seulement dans les poissons d’eau froide ?
C’est parce que les omégas 3 fluidifient le sang et ainsi permettent à ces poissons de ne pas se figer dans l’eau glacée.

Comment ces poissons fabriquent-ils leurs oméga 3 ?

En mangeant des algues des mers froides, qui elles en contiennent beaucoup, et en mangeant des plus petits poissons qui eux aussi ont mangés des algues…

En mangeant ces algues nous-même, ou des suppléments faits à partis de ces algues, nous bénéficions du premier choix d’oméga 3.

Les commentaires sont fermés