Romarin (vertus)

Le romarin est aussi connu sous des noms divers tels que « Rosée des mers », « herbe aux couronnes », « bouquet de la Vierge » etc…
La couleur de sa fleur viendrait, selon une légende chrétienne, du fait que la vierge Marie ait déposé, le jour de la naissance du Christ, sa cape bleue sur le buisson qui jusqu’alors portait des fleurs blanches.

Le romarin est une plante détoxifiante qui fera du bien à votre foie

le romarin en infusion

infusion de romarin

Les anciens lui vouaient une grande vénération.On l’utilisait dans les cérémonies nuptiales, funéraires ou de célébrations profanes, en guise de cadeau.
Les étudiants grecs s’en confectionnaient des couronnes, qu’ils portaient durant les examens pour stimuler leur mémoire.
L’histoire raconte que la reine de Hongrie, qui souffrait de rhumatismes chroniques, a été délivrée de ses problèmes grâce à un remède à base de romarin lorsqu’elle était âgée de 72 ans.

Le romarin a des propriétés hépatoprotectrices, antiulcéreuses, antispasmodiques et antimicrobiennes, antimycosique, antibactérien, antispasmodique, il a des effets bénéfiques sur le système nerveux et la circulation sanguine. Mais il est particulièrement recommandé pour ses vertus digestives.
Des résultats d’études in vitro et sur des animaux indiquent que le romarin pourrait inhiber la prolifération des cellules cancéreuses4,23-25. Les chercheurs attribuent les effets antiproliférateurs26 et antimutagènes27 du romarin aux composés polyphénoliques qu’il renferme, notamment le carnosol et l’acide carnosique.

Feuilles, huile essentielle, bourgeons…c’est un drainant et un anti-inflammatoire.

Par exemple, l’huile essentielle de romarin est riche en verbénone, fluidifiant bronchique, en eucalyptol anti-infectieux, ou en camphre, utilisé en rhumatologie et en traumatologie.

Son huile essentielle contient des puissants antioxydants : de l’acide rosmarinique, des flavonoïdes et des diterpènes phénoliques spécifiques (carnosone et rosmanol).

Le romarin stimule le foie

Grâce à la puissance de ses composants (huile essentielle, acide rosmarinique, flavonoïdes…) contenus dans ses feuilles étroites et ses fleurs d’un joli bleu pâle, le romarin (Rosmarinus officinalis) est considéré comme « l’un des meilleurs amis du foie », selon la naturopathe Alessandra Moro Buronzo

romarin en infusion

tasse de romarin

  • il favorise la production et l’élimination de la bile
  • il apaise les troubles  et spasmes digestifs
  • il stoppe les infections intestinales.

Infuser 2 à 6 g de romarin ciselé, soit 1 à 2 c. à s., dans un quart de litre d’eau pendant 10 minutes. À boire après chacun des principaux repas, pendant une vingtaine de jours.

Le romarin protège le foie

Si l’on connait la capacité du romarin à contrer l’oxydation, on l’utilisera  dans tous les cas de fatigue physique. Elle empêche la destruction des cellules hépatiques et les répare.
Ce sont les jeunes pousses et bourgeons qui seront utilisés principalement en macérât glycériné.
Ou bien l’Huile essentielle (romarin à verbénone). Prendre chaque matin 2 gouttes sur un petit morceau de sucre ou avec un peu de miel, pour en adoucir le goût prononcé. Poursuivre durant 3 semaines.
(Note: Personnellement, je préfère réserver l’HE pour les usages externes.)

Le romarin soulage les douleurs

Moins connue de nos jours, le romarin soulage les douleurs. L’acide rosmarinique est anti-inflammatoire. Grâce à cet actif, le romarin diminue les douleurs musculaires ou articulaires. « Cette activité est assortie d’un modeste effet antiulcéreux, ce qui rend son usage plus sûr, bien différent des anti-inflammatoires non stéroïdiens de synthèse que l’on doit associer à un protecteur de la paroi gastrique »,d’après Jacques Fleurentin.

En tisane, avec des feuilles séchées de cassis (1 c. à s. de chaque dans 250 ml d’eau). On peut aussi masser la zone douloureuse avec un mélange d’huile essentielle de romarin à camphre, diluée à 5 % dans une huile végétale, de macadamia par exemple. Attention, cette huile essentielle ne s’utilise que sur la peau ! Elle est à éviter chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

le romarin en infusion détox

3 tasses par jour d’infusion de romarin

Recettes:

Infusion
Portez à ébullition quelques brins de romarin séchés ou 50 g de sommités fleuries séchées pour 1 litre d’eau bouillante et laissez infuser pendant 15 min après avoir couvert la casserole. Boire 3 ou 4 tasses par jour.

Vin médicinal. Laisser macérer 60 g de feuilles séchées dans 1 litre de bon vin blanc pendant 15 jours, en agitant de temps en temps. Filtrer et sucrer, éventuellement, avec un peu de miel  de romarin.

En externe:
infusion-décoction.
Faire bouillir  (50 g) dans 1 litre d’eau pendant 3 min. Laisser infuser 10 min avant de filtrer.
En imbiber des compresses chaudes à déposer sur les articulations douloureuses :
En inhalation
l’effet est très rapide.
Faites bouillir une poignée de romarin dans un litre d’eau puis versez dans une grande tasse. Couvrez votre tête à l’aide d’une serviette et inhalez les vapeurs aussi longtemps que vous le pouvez. Répétez l’opération jusqu’à ce que la migraine ait disparu.

Les huiles essentielles de romarin

Il existe 3 formes d’huile essentielle de romarin

  • Le romarin officinal à camphre agit particulièrement sur le système neuromusculaire.
  • Le romarin officinal à cinéole est expectorant.
  • Le romarin officinal à verbénone est préconisé contre les problèmes digestifs et hépatiques

Attention:

Au cours d’un essai sur des humains, un extrait de romarin a légèrement réduit l’absorption du fer contenu dans des aliments de source végétale (fer non héminique)

Le romarin est très étudié pour ses merveilleuses propriétés:

Bibliographie

Baudoux Dominique. L’aromathérapie – Se soigner par les huiles essentielles, Atlantica, 2001.
Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Rosmarini folium cum flore, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1997.
Franchomme P. et Pénoël D. L’aromathérapie exactement. Encyclopédie de l’utilisation thérapeutique des huiles essentielles. Roger Jollois Éditeur, Limoges, France, 1990.
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 16 octobre 2009]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Rosemary, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 16 octobre 2009]. www.naturalstandard.com
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Rosemary, ConsumerLab.com. [Consulté le 16 octobre 2009].
Therapeutic Research Faculty (Ed). Rosemary, Natural Medicines Comprehensive Database. [Consulté le 16 octobre 2009]. www.naturaldatabase.com
Tyler, Varro E., Foster Steven, Tyler’s Honest Herbal. The Haworth Herbal Press, New York, 1999.
Valnet J. L’Aromathérapie. Lafont, 1976.

Publications scientifiques 

1. Moss M, Cook J, et al. Aromas of rosemary and lavender essential oils differentially affect cognition and mood in healthy adults. Int J Neurosci. 2003 Jan;113(1):15-38.
2. McCaffrey R, Thomas DJ, Kinzelman AO. The effects of lavender and rosemary essential oils on test-taking anxiety among graduate nursing students. Holist Nurs Pract. 2009 Mar-Apr;23(2):88-93.
3. Gutiérrez R, Alvarado JL, et al. Oxidative stress modulation by Rosmarinus officinalis in CCl(4)-induced liver cirrhosis. Phytother Res. 2009 Oct 13.
4. Fahim FA, Esmat AY, et al. Allied studies on the effect of Rosmarinus officinalis L. on experimental hepatotoxicity and mutagenesis.Int J Food Sci Nutr 1999 Nov;50(6):413-27
5. Amin A, Hamza AA. Hepatoprotective effects of Hibiscus, Rosmarinus and Salvia on azathioprine-induced toxicity in rats. Life Sci. 2005 Jun 3;77(3):266-78. Epub 2005 Feb 17.
6. Dias PC, Foglio MA, et al. Antiulcerogenic activity of crude hydroalcoholic extract of Rosmarinus officinalis L.J Ethnopharmacol 2000 Jan;69(1):57-62.
7. al-Sereiti MR, Abu-Amer et al. Pharmacology of rosemary (Rosmarinus officinalis Linn.) and its therapeutic potentials.Indian J Exp Biol 1999 Feb;37(2):124-30
9. European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Rosmarini folium cum flore, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1997.
10. Mangena T, Muyima NY. Comparative evaluation of the antimicrobial activities of essential oils of Artemisia afra, Pteronia incana and Rosmarinus officinalis on selected bacteria and yeast strains.Lett Appl Microbiol 1999 Apr;28(4):291-6.
11. Lopez P, Sanchez C, et al. Solid- and vapor-phase antimicrobial activities of six essential oils: susceptibility of selected foodborne bacterial and fungal strains. J Agric Food Chem. 2005 Aug 24;53(17):6939-46.
12. Oluwatuyi M, Kaatz GW, Gibbons S. Antibacterial and resistance modifying activity of Rosmarinus officinalis. Phytochemistry. 2004 Dec;65(24):3249-54.
13. Mahady GB, Pendland SL, et al. In vitro susceptibility of Helicobacter pylori to botanical extracts used traditionally for the treatment of gastrointestinal disorders. Phytother Res. 2005 Nov;19(11):988-91.
14. Klancnik A, Guzej B, Kolar MH. In vitro antimicrobial and antioxidant activity of commercial rosemary extract formulations. J Food Prot. 2009 Aug;72(8):1744-52).
15. Luqman S, Dwivedi GR, et al. Potential of rosemary oil to be used in drug-resistant infections. Altern Ther Health Med. 2007 Sep-Oct;13(5):54-9. Review.
16. Lukaczer D, Darland G, et al. A pilot trial evaluating Meta050, a proprietary combination of reduced iso-alpha acids, rosemary extract and oleanolic acid in patients with arthritis and fibromyalgia. Phytother Res. 2005 Oct;19(10):864-9.
17. Minich DM, Bland JS, Katke J et al. Clinical safety and efficacy of NG440: a novel combination of rho iso-alpha acids from hops, rosemary, and oleanolic acid for inflammatory conditions. Can J Physiol Pharmacol. 2007 Sep;85(9):872-83.
18. Zeng HH, Tu PF, et al. Antioxidant properties of phenolic diterpenes from Rosmarinus officinalis.Acta Pharmacol Sin 2001 Dec;22(12):1094-1098.
19. Moreno S, Scheyer T, et al. Antioxidant and antimicrobial activities of rosemary extracts linked to their polyphenol composition. Free Radic Res. 2006 Feb;40(2):223-31.
20. Inoue K, Takano H, et al. Effects of volatile constituents of a rosemary extract on allergic airway inflammation related to house dust mite allergen in mice. Int J Mol Med. 2005 Aug;16(2):315-9.
21. Inoue K, Takano H, et al. Effects of volatile constituents of rosemary extract on lung inflammation induced by diesel exhaust particles. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2006 Jul;99(1):52-7.
22. Hay IC, Jamieson M, et al. Randomized trial of aromatherapy. Successful treatment for alopecia areata.Arch Dermatol 1998;134:1349-52.
23. Sancheti G, Goyal PK. Effect of rosmarinus officinalis in modulating 7,12-dimethylbenz(a)anthracene induced skin tumorigenesis in mice. Phytother Res. 2006 Nov;20(11):981-6.
24. Sancheti G, Goyal P. Modulatory influence of Rosemarinus officinalis on DMBA-induced mouse skin tumorigenesis. Asian Pac J Cancer Prev. 2006 Apr-Jun;7(2):331-5.
25. Amin A, Hamza AA. Hepatoprotective effects of Hibiscus, Rosmarinus and Salvia on azathioprine-induced toxicity in rats. Life Sci. 2005 Jun 3;77(3):266-78. Epub 2005 Feb 17.
26. Visanji JM, Thompson DG, Padfield PJ. Induction of G2/M phase cell cycle arrest by carnosol and carnosic acid is associated with alteration of cyclin A and cyclin B1 levels. Cancer Lett. 2006 Jun 8;237(1):130-6.
27. Del Bano MJ, Castillo J, et al. Radioprotective-antimutagenic effects of rosemary phenolics against chromosomal damage induced in human lymphocytes by gamma-rays. J Agric Food Chem. 2006 Mar 22;54(6):2064-8.
28. Baumann LS. Less-known botanical cosmeceuticals. Dermatol Ther. 2007 Sep-Oct;20(5):330-42. Review.
29. Shin BC, Lee MS. Effects of aromatherapy acupressure on hemiplegic shoulder pain and motor power in stroke patients: a pilot study. J Altern Complement Med. 2007 Mar;13(2):247-51.
30. Rho KH, Han SH, et al. Effects of aromatherapy massage on anxiety and self-esteem in korean elderly women: a pilot study. Int J Neurosci. 2006 Dec;116(12):1447-55.
31. Park MK, Lee ES. [The effect of aroma inhalation method on stress responses of nursing students] Taehan Kanho Hakhoe Chi. 2004 Apr;34(2):344-51. Korean.
32. Burkhard PR, Burkhardt K, et al. Plant-induced seizures: reappearance of an old problem. J Neurol. 1999 Aug;246(8):667-70.
33. Franchomme P. et Pénoël D. L’aromathérapie exactement. Encyclopédie de l’utilisation thérapeutique des huiles essentielles. Roger Jollois Éditeur, Limoges, France, 1990. p. 394.
34. Tyler, Varro E., Foster Steven, Tyler’s Honest Herbal. The Haworth Herbal Press, New York, 1999, p. 322.
35. Inui S, Katayama I. Allergic contact dermatitis induced by rosemary leaf extract in a cleansing gel. J Dermatol. 2005 Aug;32(8):667-9.
36. Armisen M, Rodriguez V, Vidal C. Photoaggravated allergic contact dermatitis due to Rosmarinus officinalis cross-reactive with Thymus vulgaris. Contact Dermatitis. 2003 Jan;48(1):52-3. [Pas de résumé dans MedLine].
37. Serra E, Vila A, et al. Allergic contact dermatitis due to rosemary. Contact Dermatitis. 2005 Sep;53(3):179-80. [Pas de résumé dans MedLine].
38. Gonzalez-Mahave I, Lobesa T, et al. Rosemary contact dermatitis and cross-reactivity with other labiate plants. Contact Dermatitis. 2006 Apr;54(4):210-2.
39. Hjorther AB, Christophersen C, et al. Occupational allergic contact dermatitis from carnosol, a naturally-occurring compound present in rosemary. Contact Dermatitis. 1997 Sep;37(3):99-100.
40. Fuchs SM, Schliemann-Willers S, et al. Protective effects of different marigold (Calendula officinalis L.) and rosemary cream preparations against sodium-lauryl-sulfate-induced irritant contact dermatitis. Skin Pharmacol Physiol. 2005 Jul-Aug;18(4):195-200.
41. Samman S, Sandstrom B, et al. Green tea or rosemary extract added to foods reduces nonheme-iron absorption. Am J Clin Nutr 2001;73(3):607-612. Texte intégral : www.ajcn.org
42. Haloui M, Louedec L, et al. Experimental diuretic effects of Rosmarinus officinalis and Centaurium erythraea. J Ethnopharmacol. 2000 Aug;71(3):465-72.
43. Pengelly A, Snow J, Mills SY, Scholey A, Wesnes K, Butler LR. Short-term study on the effects of rosemary on cognitive function in an elderly population. J Med Food. 2012 Jan;15(1):10-7.
44. Lindheimer JB(1), Loy BD, O’Connor PJ. Short-term effects of black pepper (Piper nigrum) and rosemary (Rosmarinus officinalis and Rosmarinus eriocalyx) on sustained attention and on energy and fatigue mood states in young adults with low energy. J Med Food. 2013 Aug;16(8):765-71.
45. Solhi H, Salehi B, Alimoradian A, Pazouki S, Taghizadeh M, Saleh AM, Kazemifar AM. Beneficial Effects of Rosmarinus Officinalis for Treatment of Opium Withdrawal Syndrome during Addiction Treatment Programs: A Clinical Trial. Addict Health. 2013 Summer-Autumn;5(3-4):90-4.
46. Balderas C, Villaseñor A, García A, Rupérez FJ, Ibañez E, Señorans J, Guerrero-Fernández J, González-Casado I, Gracia-Bouthelier R, Barbas C. Metabolomic approach to the nutraceutical effect of rosemary extract plus Ω-3 PUFAs in diabetic children with capillary electrophoresis. J Pharm Biomed Anal. 2010 Dec 15;53(5):1298-304. doi: 10.1016/j.jpba.2010.07.034.Epub 2010 Jul 30.
47. Hay IC, Jamieson M, Ormerod AD. Randomized trial of aromatherapy. Successful treatment for alopecia areata. Arch Dermatol 1998;134:1349-52. View abstract
48. McCaffrey R, Thomas DJ, Kinzelman AO. The effects of lavender and rosemary essential oils on test-taking anxiety among graduate nursing students. Holist Nurs Pract 2009;23(2):88-93. View abstract.
49. Burnett KM, Solterbeck LA, Strapp CM. Scent and mood state following an anxiety-provoking task. Psychol Rep 2004;95(2):707-22. View abstract.

Pour aller plus loin avec votre foie:

L’huile d’olive mélangée au citron dans une cuillère le matin à jeun. Attendre 1/2 heure pour prendre le petit déjeuner, juste le temps de prendre la douche par exemple 😉

Mais aussi pissenlit, artichaut…chardon marie

 

Les commentaires sont fermés.